Enfance et réseaux sociaux : après Facebook, les sénateurs étrillent TikTok, Snapchat et YouTube

Vues : 0

Please follow and like us:
0
14
Pin Share14

Les projecteurs se sont braqués mardi sur TikTok, Snapchat et YouTube, accusés, comme Facebook, de nuire à la santé mentale et physique des enfants en les surexposant aux vies apparemment idéales d’autres personnes, ainsi qu’à des images et publicités inappropriées.

Des représentants de ces trois plateformes, ultra populaires auprès des jeunes, ont tenté de prouver à des sénateurs américains qu’ils s’en sortaient mieux que Facebook sur ces sujets.

Mais Facebook et son application Instagram n’ont pas le monopole du mal-être adolescent, ont rétorqué les élus.

“Etre différent de Facebook n’est pas une défense”, a déclaré le démocrate Richard Blumenthal. “Nous voulons une course vers le haut, pas vers le bas”.

Cette audition intervient quelques semaines après celle, devant la même commission au Commerce, de la lanceuse d’alerte Frances Haugen.

-13 ans-

Le sénateur a relayé les récits de parents désarmés face à l’expérience de leurs enfants sur les réseaux, comme cette mère dont la fille a été “submergée de vidéos sur le suicide, l’automutilation et l’anorexie parce qu’elle était déprimée et cherchait des contenus sur ces sujets”.

Ses pairs ont aussi questionné les choix des plateformes en termes d’âge minimum, de méthodes de modération des contenus (humains et/ou algorithmes) et de protection de la vie privée.

Avec AFP

Please follow and like us:
0
14
Pin Share14

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
PINTEREST0
LINKEDIN101
Share
INSTAGRAM0